Advocacy for science

La gestion durable des stocks de poissons est une science qui dépend largement des fonds publics pour mener à bien ses activités en matière de recherche, de surveillance, d’expérimentation, d’analyse et de compte rendu. Nos membres sont les mieux qualifiés pour comprendre et prédire le comportement des espèces, les réactions écosystémiques et les impacts de la pêche et d’autres formes d’exploitation.Les milieux aquatiques dont nous dépendons tant sont des environnements complexes et dynamiques qui exigent de longues années d’études et de réflexion, parfois une vie entière, pour parvenir à en dévoiler les mystères.

Le gouvernement et les citoyens ont investi pendant des années dans l’acquisition, par nos membres, de connaissances expérientielles et empiriques sur les stocks de poissons, les populations, les cycles de vie, les dépendances et les interactions. Existe-t-il meilleurs conseillers lorsque s’impose la nécessité de prendre des décisions difficiles, qui se répercutent sur la vie individuelle et collective, l’environnement, la capacité de tolérance des stocks de poissons et les impacts d’autres activités d’exploitation des ressources? On ne saurait en effet trouver sources plus fiables ni conseils plus judicieux que parmi les scientifiques du secteur public, garants de l’excellence en matière de recherche et d’analyse.

Le gouvernement doit manifester son intention de préserver l’intégrité de l’équipe de scientifiques à son service. Il doit estimer à leur juste valeur leurs opinions scientifiques bien étayées, leur savoir-faire et leurs recommandations. Il doit soutenir ces travailleuses et travailleurs dévoués et s’appuyer sur leur expertise; c’est le seul moyen de gérer durablement notre environnement aquatique tout en veillant à ce qu’il profite à l’ensemble de la population canadienne. Enfin, le gouvernement doit également s’élever contre la pseudoscience qui nous détourne de la vérité et nuit aux retombées multiples que peuvent engendrer les ressources halieutiques.

décembre 13, 2013 •
Après avoir lu les dizaines d’articles parus dans les divers médias en réaction à ma rubrique sur le Rapport de la Commission Cohen cet automne, vous savez que Pêches et Océans Canada n’a pas répondu à ce rapport publié le 31 octobre 2012.
S'abonner à